Comment faire un post mortem de projet en équipe?

Le post mortem permet à une équipe de faire le bilan du projet réalisé (ou de faire un bilan d’étape en cours de réalisation) et ainsi apprendre ensemble, renforcer les modes de collaboration et enrichir les expériences futures. Trop souvent le post mortem fait émerger les insatisfactions vécues et la discussion se transforme en chasse aux sorcières. Souvent, certaines personnes prennent le plancher et expriment des opinions qui semblent être partagées par tous les membres de l’équipe mais ce n’est pas nécessairement le cas. Aussi, malgré les bonnes intentions, on manque de temps pour trouver des solutions durables.

Voici donc un déroulement de rencontre en quatre étapes pour mettre autant l’accent sur les bons coups (question de s’assurer de les répéter!) que sur les pièges à éviter et donner à tous la chance de s’exprimer. Ainsi, à la fin de cette rencontre, tous les participants se seront engagés sur des actions concrètes et durables pour les prochains projets.

 

QUAND?
  • Une fois le projet terminé: en fait, le post mortem devrait faire partie intégrante du projet. Après y avoir mis autant d’efforts, pourquoi ne pas vous assurer de tirer le maximum d’apprentissages et souligner les bons coups?
  • En cours de projet : lorsque le projet n’évolue pas comme prévu ou lorsque les risques sont élevés. Faire un bilan en cours de projet peut être bénéfique pour faire le point sur les étapes réalisées, revoir les modes de collaboration et aligner positivement la suite des travaux.

 

COMMENT?
  • Créez un espace sécuritaire où les gens peuvent s’exprimer de manière authentique, sans craindre le jugement des autres.
  • Expliquez qu’il ne s’agit pas d’une thérapie de groupe, mais bien d’un exercice pour s’améliorer. La rencontre sert à partager les faits et les réalisations, pas des accusations.
  • Laissez les participants exprimer leur opinion pour ensuite entamer la discussion.
  • Prenez, en équipe, la responsabilité de trouver des pistes de solution tout en gardant une perspective globale et future.

 

VARIANTES?
  • Il y a différentes façons d’animer la rencontre de post mortem :
    • Vous pouvez demander aux participants de remplir la fiche d’appréciation avant la rencontre ou au début, seul ou en équipe de deux.
    • Vous pouvez décider de couvrir et discuter systématiquement chacun des points de la fiche d’appréciation ou en prioriser certains.
  • On peut aussi réaliser un post mortem dans une équipe naturelle, après une période de travail significative. On demande alors : qu’est-ce qu’on fait de bien dans cette équipe? Que voudrait-on faire différemment
  • Bref, adaptez l’outil, lancez-vous et apprenez ensemble!
Auteur(s)
Photo du profil
Sylvie Beausoleil

Coach professionnelle, Sylvie compte 25 ans d’expérience en rôle-conseil et à titre de gestionnaire dans le domaine des arts, de la culture et de la production d’événements. Détentrice d’une maîtrise en gestion de projet, elle se spécialise en développement stratégique et organisationnel des approches en projet. Collaborer avec Sylvie, c’est…

En savoir plus sur Sylvie Beausoleil
Télécharger le guide PDF Imprimer le guide

 

 

Boosta et Boostalab.com tous droits réservés. Conditions d'utilisation et politique de vie privée. Des questions? Contactez-nous

Fait à Montréal

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques de visites et optimiser votre expérience. En savoir plus.
J'accepte